Union BurkinaLait

A lire aussi

Discours du gouverneur pour le lancement du projet lait équitable avec la marque des producteurs Email

 

Fairefaso associé aux 72 heures du lait local à Ouahigouya

 

30 mai 2016

 

 

Préséance

 

  •   Monsieur le Secrétaire Général de la Région du Nord,
  •   Madame la Haut-Commissaire de la province  du Yatenga,
  •   Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de Ouahigouya,
  •  Mesdames et Messieurs les Directeurs Régionaux des Services Techniques en Charge du Développement Rural ;
  •   Monsieur le Président de la Chambre Régionale d’Agriculture  du Nord ;
  •   Mesdames et Messieurs les représentants des Projets et Programmes ;
  •  Officiers  militaires et paramilitaires,
  •   Mesdames et Messieurs les missionnaires représentant les organisations de producteurs d’Europe
  •   Mesdames et messieurs les producteurs et productrices membres de l’UMPL/B
  • Distingués invités

En ce jour où nous procédons au lancement officiel du projet lait équitable avec le label «Fairefaso» à l’occasion de la deuxième édition des 72 heures du lait local sous le thème : «filière lait local au Burkina Faso : quelles stratégies de développement ?»  , qu'il me soit permis de vous exprimer ma profonde gratitude de vous compter parmi nous. En rappel, les produits laitiers sont au cœur de notre alimentation, sous des formes variées et riches en éléments nutritifs. Le lait, aliment riche par excellence, a cette faculté incroyable de se transformer grâce à l’action de l’homme, en particulier par nos braves femmes transformatrices, en divers  produits.

A l’image de FaireBel des producteurs de la Belgique, Fairefaso, est une marque solidaire et équitable, qui permettra à nos braves producteurs de reprendre une place de choix dans la filière et ainsi de  recevoir une rémunération décente pour leur travail.  

Les 72 heures du lait local, sont des tribunes où les acteurs de la filière se rencontrent, autour de quelques thématiques pertinentes et d’actualités pour échanger sur la promotion de la filière lait local.

Distingués invités;

Mesdames, Messieurs;

Au Burkina Faso, 80 % de la population vit en milieux rural et 30% tire l’essentiel de son revenu dans l’élevage. L’essentiel de cet élevage est le fait de petits éleveurs qui assurent l’approvisionnement des mini-laiteries qui contribuent fortement  à l’amélioration de la production laitière locale. Le cheptel bovin burkinabé compte plus de 8 millions de têtes, ce qui explique le potentiel de la production laitière, estimée à près de 250 millions de litres par an, dont moins de 5% réellement produits par les unités laitières locales,  selon les résultats d’une étude commanditée par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Mesdames et Messieurs

Malgré la volonté politique pour développer la filière lait, elle se heurte à la concurrence féroce des importations du lait, à la faiblesse des infrastructures, à l’hygiène, à la faible productivité de nos vaches  et le faible niveau de financement des activités de production et de transformation.

La promotion efficace de la filière lait local doit se faire à deux niveaux et de façon participative, à savoir:

1.       1.Elaboration de stratégie d’amélioration de la production, de la transformation et de la commercialisation du lait par les acteurs du domaine,

2.       2.L’accompagnement des initiatives locales par l’Etat.

Le lancement du Projet lait équitable à travers les 72 heures du lait est une initiative à  saluer et à encourager. Nous sommes persuadés que ces activités feront avancer la cause des producteurs de lait à travers leur Union Nationale des Mini- laiteries et Producteurs de Lait Local au Burkina (en abrégé UMPL/B). 

Grâce à son efficacité et son engagement, l’union bénéficie de l’accompagnement de partenaires techniques et financiers, en l’occurrence le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MRAH), OXFAM solidarité, Association Bretonne d’Aide Direct à l’Afrique Subsaharienne (ABADAS), Plate-forme d’Actions à la Sécurisation des Ménages Pastoraux (PASMEP), Agriculteurs Français et Développement International (AFDI) et le Service d’Edition en Langues Nationales (SEDELAN) afin d’asseoir des unités économiquement compétitives pour un développement soutenu de la filière lait au Burkina.

Mesdames et Messieurs

Avant de terminer, je voudrais adresser mes vives  félicitations pour le partenariat direct entre  les  producteurs de Fairecoop de la Belgique  et de l’UMPL/B pour le financement en équipement au profit des mini laiteries. Le premier bénéficiaire de ce Projet pilote est la mini laiterie KOSSAM YADEGA dont le site abrite aujourd’hui le lancement national.

La poursuite de ce Projet dépendra des résultats du premier Projet pilote. J’exhorte les responsables de la Mini-laiterie KOSSAM YADEGA à redoubler d’efforts pour l’atteinte des résultats escomptés.

Conforté par cette forte mobilisation des acteurs, Je déclare officiellement lancé le projet lait équitable «FaireFaso» à travers cette 2ème édition des 72 heures du lait local.

Je vous remercie !