A Aribinda : le fourrage

 

 

 Chez Saga, nous ne voulions pas seulement voir ses

 animaux. Nous voulions surtout savoir comment il les

 nourrissait, et donc comment il faisait pour avoir du foin

 toute l'année.

 

 Nous avons été surpris de voir qu'il avait déjà commencé,

il y a quelques jours, à faire du foin.

 

 Le matin, nous avonsvu son fils

couper le foin avec la faux.

 

 De là, Saga nous a montré

ses champs de niébé fourrager.

Cette année, il en a fait 5 ha. 

De quoi, nourrir sa famille avec les haricots,

et ses animaux avec les feuilles.

 

 De retour des champs, nous avons vu son fils avec une

charreté de foin. Suffisamment de quoi faire un

excercice : fabriquer une botte de foin.

Saga, nous a bien fait remarquer qu'il ne s'agissait

que d'un excercice, car l'herbe n'était pas

suffisamment sèche.

 

 Il nous a dit que même sans botteleuse, il était facile

de faire du foin. Il suffisait de creuser un trou

de 70 cm x 40 cm, et d'une profondeur

de 50 à 55 cm pour obtenir des bottes de 10 à 12 kg.

On commence par placer les cordes

(on peut utiliser des écorces de lianes...)

 

 On remplit le trou

avec l'herbe fauchée et séchée,

   puis on tasse l'herbe en la piétinant.
   On répète l'opération plusieurs fois.
   Puis on attache l'herbe ainsi tassée dans le trou,
   et on obtient une botte de foin.