Gorom-Gorom et ses Goudalis

 

   Nous avons quitté Aribinda le mardi 9 septembre 2008, pour aller dormir à Dori.  

 

Le mercredi, dès 6 heures du matin, nous étions en route pour Gorom-Gorom,
afin d'arriver à la laiterie avant le départ des animaux pour la brousse.  Nous
avons trouvé la laiterie fermée, mais les animaux étaient bien là.

 

 Il y avait surtout des zébus Azawaks, comme ce taureau,

à lors que nous étions la recherche des zébus Goudalis.

 

 Heureusemen, les bergers étaient là.

Ils nous ont conduit auprès des deux seules

génisses Goudalis du troupeau

(au premier plan sur cette photo).

 

  Nous avons pris le temps de prendre quelques photos,
  d'admirer ces génisses dont les bergers nous ont dit beaucoup de bien.
 

 Le propriétaire les avait fait venir du Niger.

Elles avaient rejoint le troupeau début janvier (2008)

 

 Quand nous sommes retournés à la laiterie, celle-ci était ouverte.

 

  Nous avons été accueillis par la soeur du propriétaire du troupeau

qui nous a conduit chez son frère.

 

 Le propriétaire, M. Alkassim Ag Attahir, était déjà parti pour Dori.

Mais nous aurons, dans l'après-midi, l'occasion d'échanger avec lui.

Il nous dira que sa vache a mis bas, il y a 45 jours. Un mâle.

(voir ci-contre)

 

 Les premiers jours de la lactation, sa vache Goudali (ci-contre) lui donnait

10 à 12 litres de lait par jour. Aujourd'hui, il tient surtout à bien nourrir son veau,

pour disposer rapidement d'un taureau Goudali en bonne santé. Il prend 3 à 4

litres de lait par traite, et laisse le reste pour le veau.

 

 M. Alkassim, nous a dit qu'une Goudali bien nourrie peut mettre bas tous les 12 mois.

De plus, si elle mange beaucoup, elle est capable aussi de se nourrir de fourrage sec,

de faible qualité. Par la suite, nous approns appris, qu'au sud de Yako ou Kaya,

il  était plus facile d'élever des Goudalis que des Azawaks.

  

Il est tellement heureux avec ses Goudalis qu'ils nous a dit

que si sa très bonne impression envers ces bêtes se confirmait,

il allait abandonner les Azawaks au profit des Goudalis.

Il paraît que Goudali est un mot haoussa qui veut dire

"à cornes et pattes courtes".