A Dori et chez le président de la FEB

 Nous sommes arrivés à Dori le 8 septembre en fin de matinée.  

Aussitôt, nous nous sommes arrêtés à la laiterie,

où une des transformatrices nous a accueillies.

 

 La présidente de la laiterie de Koudougou a donné un coup

de mainpour filtrer le lait qui arrivait.

 

 La responsable de Dori s'est occupée des vendeuses

qui venaient remplir leurs glacières pour aller à la

rencontre des clients.

 

 A Dori, nous avons logé chez Madame Barry,

une femme qui a obtenu cette année un prix

du projet Azawak, pour avoir obtenu

4122 litres de lait avec 3 vaches Azawaks.

 

 Le soir, dès que les animaux sont rentrés de la brousse,

 

 la traite a commencé.

C'est un travail pour lequel elle se fait aider,

   mais qu'elle aime bien, aussi, faire elle-même.
 

 Ensuite, elle nous a conduit dans une autre cour,

où elle conserve son foin. Début septembre,

il lui restait encore un peu de foin de l'année dernière.

 

 Elle nous a montré sa bottelleuse.

Une simple caisse métallique sans fond !

 

 Sur la route du retour, nous nous sommes arrêté

chez M. Boureima Diallo, le président de la FEB.

 

Il nous a fait faire le tour de sa ferme.

Ce qui nous a donné l'occasion d'admirer son champ

de niébé fourrager.

 

Ensuite, nous nous sommes assis pour échanger.

Les éleveurs de Koudougou ont dit combien ils 

avaient été intéressés par le voyage. Qu'ils allaient

se mettre au travail dès le retour à la maison,

pour commencer à faire du fourrage.

Le président a insisté, comme M. Saga d'Aribinda,

sur l'importance de bien nourrir ses animaux toute l'année.